Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères
  Lignes de Repères
  Accueil   Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Présentation Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Catalogue Lignes de Repères
  Lignes de Repères
A paraître Lignes de Repères
  Lignes de Repères
News Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Mises à jour Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Dossiers thématiques Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Evénements Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Votre avis Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Contacts Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Partenaires Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Crédits Lignes de Repères

 

Lignes de Repères
 

 
 

 
Sociétale démocratie : un nouvel horizon
Thierry JEANTET et Yan de KERORGUEN
 
 

Sociétale démocratieSociétale démocratie : un nouvel horizon
Thierry Jeantet
Yan de Kerorguen

ISBN : 978-2-915752-85-4
120 pages
Prix : 12€
En librairie en septembre 2012

 

Extraits de l'ouvrage

Il est temps aujourd'hui de nous orienter dans la fabrique de l’après capital.
Nous sommes confrontés à une nouvelle révolution morale qui nous oblige à gérer et réguler solidairement la contrainte écologique et économique. Dans une période où l'engagement paraît dépassé par l'accélération des mutations sociales, technologiques et économiques, il est temps d’inventer la société d’après. La condition pour avancer est de  rassembler autour de ce projet  les associations, les réseaux,  les groupements, toutes les énergies capables de pratiquer les mixités sociales, culturelles, nationales.
L’économie sociale et ses composantes (les mutuelles, les coopératives, les associations…) est partie prenante de la construction d’une alternative crédible à l’économie dominante, à la condition de ne pas sous-estimer l’impact de son projet, de son éthique, de son mode de gouvernance, de ses réalisations et de son influence sur les autres acteurs de la planète économique (entreprises publiques ou entreprises du secteur marchand). C'est un nouveau modèle de développement qu'il faut oser proposer pour sortir d'une crise que les autorités politiques n’ont pas su  enrayer, une crise qui démontre l’échec des orientations prises depuis trop longtemps. Un immense défi se présente aux citoyens.
La fin du capitalisme commence. Un horizon s’ouvre. Nous entrons dans le siècle du partage,  de la contribution, des coopérations, du long terme retrouvé. Il est temps de placer le politique sur le devant de la scène et de changer de modèle pour vivre un nouvel âge du social, de l’environnemental comme de  l’économie, ceci  du local à l’international. L’économie sociale étant  en première ligne dans le combat contre la nocivité du capitalisme. 
Cet autre temps dans lequel nous entrons, c’est le temps de la démocratie sociétale. Le goût de l’avenir , voilà ce qu’il nous faut. Le goût de l’avenir, telle est la définition du politique.
(Pages 17-18)

Ch. 4 - 1 - Les nouveaux critères  de la gouvernance économique
Le nouveau monde économique ne sera plus seulement économique mais tout autant social, civique, environnemental. La Bourse, les critères financiers traditionnels apparaitront peu à peu anachroniques. Les critères d'efficacité seront pluriels. L'économique et le financier devront s'intégrer à des repères sociétaux indispensables à une croissance durable.
(page75)

Ch. 4 - 4 - Une Banque internationale des initiatives citoyennes
Rompre les frontières de la finance d'autrefois (c'est à dire d'hier au soir), traverser les frontières naturelles ou instituées, c'est sans doute ce qu'il faut faire pour faire circuler les moyens financiers et l'épargne citoyenne vers les projets durables. Une Banque des initiatives citoyennes à dimension internationale devrait stimuler cette orientation.
La financiarisation de l’économie a créé des entreprises figées et dogmatiques dans lesquelles c’est celui qui finance est celui qui décide. Ainsi dans l’actionnariat, on pense d’abord à rémunérer ceux qui sont au capital, les salariés et consommateurs viennent au second plan. La course au profit se fait au détriment des salaires que les gouvernements et les entreprises n’ont pas su augmenter pour équilibrer le partage de la valeur ajoutée. Or, la stagnation des salaires est au cœur de la crise que nous traversons.
(page 88)

 

 

Retour catalogue >>>