Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères
  Lignes de Repères
  Accueil   Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Présentation Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Catalogue Lignes de Repères
  Lignes de Repères
A paraître Lignes de Repères
  Lignes de Repères
News Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Mises à jour Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Dossiers thématiques Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Evénements Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Votre avis Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Contacts Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Partenaires Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Crédits Lignes de Repères

 

Lignes de Repères
 

 
 

 
Le rebond du modèle scandinave
Marie-Laure LE FOULON
 
Présentation générale de l'ouvrage :: Sommaire de l'ouvrage :: Extraits de l'ouvrage
 

Le rebond du modèle scandinaveLe rebond du modèle scandinave
Marie-Laure LE FOULON

176 pages
Prix : 16 €
Sortie : septembre 2006
ISBN : 2-915752-17-6

Pourquoi cet ouvrage ?
A l’heure où le « modèle » français, qu’il soit social, éducatif, industriel ou politique, subit le choc de l’économie globalisée, le « modèle » scandinave fait l’objet d’un intérêt renouvelé, mais aussi de fantasmes. Préféré par beaucoup au modèle anglo-saxon, jugé trop destructeur parce que trop libéral, il est aussi réputé plus proche de l’Etat-providence français, et donc mieux adapté aux réalités socio-économiques de notre pays.
Mais qu’en est-il vraiment ? Peut-on réellement parler d’un « modèle » scandinave unique, qui engloberait sous une même étiquette des pays aussi différents que le Danemark, la Finlande ou la Suède ? Et si des recettes existent, qui ont fait leur preuve, est-il possible de les adapter à un pays et une société comme la France ?

 
L'auteur : Marie-Laure LE FOULON est correspondante du Figaro pour la Scandinavie. Elle vit en Suède depuis plus de 10 ans et collabore régulièrement dans plusieurs médias suédois.
 

Le livre : Les pays scandinaves semblent aujourd’hui cumuler toutes les performances : l’économie y est plus compétitive, l’indice de bonheur plus élevé, les relations sociales plus harmonieuses et le niveau de corruption plus faible que dans tous les autres pays industrialisés.
Maire-Laure Le Foulon montre que ces performances s’inscrivent dans une histoire et une géographie particulières, marquées par un isolement contraint et un climat rude, mais aussi par l’éthique du luthérianisme, la proximité de la nature, le goût de l’innovation et de l’action tout autant que de la simplicité, et une passion, plus concrète qu’en France, pour l’égalité.
L’éthique protestante et coopérative, relayée par la social-démocratie, a permis aux pays scandinaves de bâtir un Etat-providence qui, de triomphant qu’il était dans les années 1970, a su surmonter les difficultés des années 1980 et s’adapter à la globalisation des années 1990.
C’est en misant sur la formation, l’innovation et la recherche que ces petits pays ont su trouver leur place dans l’économie mondialisée, certaines de leurs entreprises, comme Nokia, H&M et Ikea, se classant parmi les toutes meilleures au monde.
Sur le plan des mœurs, les sociétés scandinaves sont parmi les plus libérales de la planète ; les droits et la place des femmes, notamment, continuent à servir de modèle dans toute l’Europe. Enfin les droits sociaux, en matière de chômage ou de retraite, par exemple, s’accommodent parfaitement du très haut niveau de compétitivité exigé des entreprises.
Les pays scandinaves réussissent ainsi à concilier flexibilité et sécurité du travail, forte productivité et taux élevé de prélèvements obligatoires, liberté, solidarité et égalité.

 
Dossier thématique en cours de réalisation
 
Retour catalogue : >>>